• Dico
  • Rimes
  • Textes
  • Phrases
  • Profils
  • Tout
×
Recherche avancée
?
+
×

Rercherchez aussi dans :

  • Anagrammes
  • Terminaison

Vous êtes complètement perdu(e) sur ce site ? Lisez ceci.

🏠 > texteBook > Textes de Jean-Mi >
Textes hors-recueil
27. Gabriel Vartore-Neoumivakine

Jean-Mi
présentation de poètes contemporains
Afficher l'illustration
Gabriel Vartore-Neoumivakine

Gabriel Vartore-Neoumivakine

"mais jamais on ne comptera parmi les neuf cent vingt espèces en voie de disparition

la cerf qui broute dans mon âme sauvage "

Ainsi s'achève le premier poème du livre de Gabriel Vartore-Neomivakine un pourboire de bruissements, ensemble de textes où, dès 1975, on résiste déjà à la barbarie moderne par la beauté et la hauteur. La troisième partie de l'ouvrage ironiquement titrée "poésie-fiction" débute, lui, par

"interviewé sur la tristesse des roses

Omar Khayyam dit qu'à Ispahan

les perles de goudron remplacent la rosée"

Depuis la publication de cet ouvrage, tout est pire. Vartore savait qu'il en serait ainsi. Le dernier espoir se confond avec le jardin seigneurial :

"fiers de supporter " en hommes" une existence à faire mourir un chien vendant leur vie à la criée

chair à usines par dix générations d'espoir offerte au billot de la Production

autogérant l'ennui en luttant dans les HLM pour que soit gratuit le loyer de leur prison s'ils me réquisitionnent

pour célébrer demain la justice dans leur cimetière de béton les nouveaux Vercors me cacheront

mon Assurance-Vie c'est le travail qui chante la Médaille du Repos avant l'infarctus la nuit sans tranquillisants

mon Centre Culturel c'est la vallée éclose où les arbres me psychanalysent

dans les maquis parfumés de l'aube les intoxiqués de rosée ne mourront pas du cholestérol

j'ai voté pour le Bouvier et sa cour d'étoiles qui laissent au Nombre d'Or les rênes du monde

mon jardin sans frontières me verse un salaire de fruits un excédent de douceur et certains soirs (à titre gracieux)

un pourboire de bruissements"

Je ne sais rien de la biographie de Gabriel Vartore-Neoumivakine, sauf son année de naissance : 1939. Je ne l'ai jamais vu à la librairie Le Pont de l'Epée. Je sais aussi que Guy Chambelland le tenait en haute estime. Je propose ici la préface de ce dernier à "Blasons du corps de l'âme" (Le Pont de l'Epée, 1979).

"Poète recommandé à ceux qui goûtent tout particulièrement les décalages, écarts, différences, cassures, mélanges (ex: le e compté de Valéry "Mais nulle nymphe nulle amiE ne m'attire" ou la colossale interruption du fecit potentiam du Magnificat de Jean-Sébastien), aux esthètes, vicieux, amateurs de cocktails aux éléments aussi éloignés que l'image rêvée par André Breton, épicuriens, certes, mais tels mystiques ne sont pas exclus, aux pas classiques, pas cadrés, pas taxinomistes. A l'homme-poète quoi ! affectif, réflexif, moderne, patrimonial, religieux, Baiseur.

Vartore-Neoumivakine est en effet l'hybridation majeure de la Russie d'un Dostoïewski et de la France d'un Racine ; du cul retrouvé (avec la grâce subtile et la force nature des vieux blasons) et de Saint-Augustin ; du terroir gaulois et de la culture arabe ; de la rhétorique orthodoxe et de la non-bienséance sereine ; de la naïveté et de la roublardise, on en passe.

Comment nommer cet art combinatoire ? Baroque ? Etymologiquement : perle irrégulière.

Le tout fondu, suprême dialectique, harmonisé. Ca c'est l'élégie. Elégie pure, bucolique, du SAULE (Le Pont de l'Epée, Jeune Poésie IV) ; plus véhémente dans la Cité qui menace (Un pourboire de bruissements) ; du corps féminin ici, elle pose enfin ses "longs habits de deuil".

Et l'élégie, nue, bien sûr cesse de pleurer et contrister ; Vartore la fait jubilatoire."

Guy Chambelland

_

BLASONS DU CORPS DE L'ÂME (extrait)

(...)rien de si banal que vos alexandrins

tant le juste milieu l'emporte sur la fantaisie

ô fesses publiées à n milliards d'exemplaires

celles monotones d'Alexandra

rappellent l'édition ordinaire

mais leur dissymétrie innove un style up to date

où le report de la césure annonce

un caractère des plus spécieux et ingénu

-

relisez la Vie de Pétrarque :

plus ses yeux étaient las du monde

plus ils butinaient le nectar des rues

comme s'il n'y avait parfois rien de mieux

contre la migraine des poètes

qu'une cure de culs

-

la moindre dichotomie

dédoublant un derrière

en siamoises corolles

ajoute à la lettre sa beauté

-

ô cul plus innocent

que la main qui tue

l'oeil qui ment

ou la lèvre qui trahit

-

PS. Je viens de trouver aujourd'hui (7 /10) les éléments biographiques et bibliographiques que j'ai vainement cherchés hier, à l'adresse suivante : gabriel vartore-neoumevakine- guy.bremond.over-blog.com. Grâce soit rendue à Guy Brémond, peintre et écrivain.

Rajouter un lien

vers un autre texte texteBook
vers une page web
vers un mot du dico
Mini description : (explique la présence de ce lien sur ce texte)

Commentaires

Ajouter un commentaire

Quoi de beau
sur texteBook ?

Réci a publié le texte On est tous des artistes. .Il y a 1 jour
christanil a sélectionné le texte Sous le doigt d'un orfèvre.Il y a 5 jours
christanil a rimé sur Le mur d'Alexandre (hein!).Il y a 5 jours
addictionnaire a rassemblé des citations pour Vingt-quatre heures de la vie d'une femme.Il y a 4 semaines
crisix a commenté le texte Léonard pour regagner espoir.Il y a 4 semaines
kik1917 a publié le bout-rimé Drôle de cène.Il y a 1 mois
gelamboo aime lire Henri Michaux.Il y a 2 mois
voir toute l'activité

Et sur le reste du site …

Iqalummiuq a joué la partie #1095.Il y a 6 heures
addictionnaire a rajouté le mot °AVIDINE°.Il y a 1 jour
Pluriels efféminés a commenté le mot SUCCESSEUR.Il y a 4 jours
crisix aime le mot OXO.Il y a 4 jours
?

Conception du site :

nüweb - sites écologiques