• Dico
  • Rimes
  • Textes
  • Phrases
  • Profils
  • Tout
×
?
+
×

Rercherchez aussi dans :

  • Anagrammes
  • Terminaison

Vous êtes complètement perdu(e) sur ce site ? Lisez ceci.

🏠 Accueil texteBookRecherche

t e x t e b o o o o o o k

Moteur de recherche des textes publiés sur texteBook

Recherche dans les textes

3639 résultats
| << Page >>
Nos montagnes de déchets nous donnent trop à glaner Et trop peu à skier. Prions qu'il neige demain Sur leurs pentes de plastiques, leurs torrents de venin ; Ensemble, main dans la main, nous irons...
Au matin mordre la volupté à glaner Je t'attendrai te découvrant au lent demain Dans mes veines je vertige par ton puissant venin Jusqu'à me dévorer et par toi me damer
Je cracherai sur mon Œuvre comme on jette un caillou Dans une eau que n'anime plus aucun ravissement. Mon talent, hier torrent aujourd'hui estuaire mou, Espère un brin d'écume, craché par Boris...
Auteur : CcilNina
atteinte par l'étreinte sans l'empreinte thé le théorème se tétanise dans l'enceinte la teinte peinte en l'êtreté feinte la santé le théâtre éthéré de la défunte éteinte
Crois en moi Je songerais à te crois Crois en se que je voudrais Être Tu verras la flamme qui est En moi Je ne suis pas esclave dans Le monde ...
Le roi n'ose approcher sa plus fidèle armoire. Il la croit renfermer un corps jeune, aveuglé Par l'éphémère des lis, par la mort en pleine gloire. Lui, château de sable, sec, attendant la marée.
Sur sa pierre tombale, il cracha son caillou. Un caveau pour trompettes du ravissement. Le déserteur cadavre voulait se rendre mou Pour écumer les vivants nommés Boris Vian.
Voleurs, laissez-moi croire dur comme fer (ou caillou) Que dans BISON RAVI il y a du ravissement, Pas du rapt ! Promettez donc au lâche, à l'homme mou, Qu'en volant un bovin l'on devient BORIS...
Elle m’a demandé si la fumée ne me dérangeait pas. La quarantaine cruellement accomplie, force simagrées et parfum. Charnelle, sensuelle, elle avait été, à coup sûr, l’objet ne nombreux désirs, mais...
Les lendemains de fête, dans ma gorge râpeuse, ont le goût âcre de cendres froides. Mes yeux secs des fumées grises, mes lèvres veuves, clignent et battent encore pourtant. Rauques, quelques notes...
Sur le chemin opaque, glacée comme une armoire, Je vacillais sans fin pour trouver l'aveuglé. Rampant sous le vertige, en extraire quelque gloire, Je me laisse envahir par-delà la marée.
Du couvre-feu lapon, tu sors comme d'une armoire. Yeux scellés, cheveux longs. La peur d'être aveuglé Te fait t'écouler, fuir ce qui brille : soleil, gloire. Gare aux pépites qui dorent quand...

Recherche dans tout le site

Quoi de beau
sur texteBook ?

crisix a publié le texte C'est là l'Homme.26/11/2020
crisix a publié le bout-rimé C'est là l'Homme.26/11/2020
CcilNina a proposé des bouts-rimés : Bout-rimé : glaner - demain - venin - damer .20/11/2020
addictionnaire a rassemblé des citations pour Marcovaldo.19/11/2020
MarionLubreac aime lire John KEATS.23/09/2020
Boniface a sélectionné le texte Quoi !.27/07/2020
voir toute l'activité

Et sur le reste du site …

crisix a joué la partie #1990.26/11/2020
Bienvenue Sov !26/11/2020
NathanA déteste le mot FORT.18/11/2020
NathanA aime le mot POSSIBLE.18/11/2020
crisix a commenté la partie #1987.09/11/2020
netymologie a commenté le mot BROKEUR.28/10/2020
?
Retrouvez eXionnaire
sur Facebook

Conception du site :

nüweb - sites écologiques