• Dico
  • Rimes
  • Textes
  • Phrases
  • Tout
×
Recherche avancée
?
+
×

Rercherchez aussi dans :

  • Anagrammes
  • Profils
  • Terminaison

Vous êtes complètement perdu(e) sur ce site ? Lisez ceci.

Textes Auteur(e)s AYSLANE
1. A Sidna, en ré Majeur...
AYSLANE
A l'homme qui m'a le plus appris ici bas ;
Sur un air de Pachelbel.
Afficher l'illustration

A celles et ceux qui voudraient, un instant, s'asseoir sur la moquette mouchetée avec la petite fille que j'étais... Surtout ne regardez pas les images, fermez simplement les yeux ou laissez-les parcourir le texte au son des violons...

A Sidna, en ré Majeur...

Quel âge avais-je donc ? Je ne m'en souviens plus. Le temps passe et puis plouf, on se replonge en lui. J'avais donc cet âge et, plus fort que moi, je ne voulais plus entendre.
Assise sur la moquette de bouclettes beiges mouchetées, ma petite main titillait la molette du son. Juste là, dans les baffles, un trente-trois tours grésillait doucement. Le Canon en ré Majeur pour 3 Violons de Johann Pachelbel... une vraie merveille. Il suffisait, me semblait-il, de coller mes oreilles aux baffles et de pousser le volume à son maximum et ce serait bon ; je goûterais à jamais à ce si merveilleux silence qui m'enlaçait déjà la nuit dans mes rêves.
Sans doute était-ce l'envie innocente de s'extraire du brouhaha de la vie ; une manière à moi de penser que, sans bruit, je distinguerais mieux les couleurs. La vie haute en images, un arc en ciel sans parasites auditifs, un paradis sur terre... Avais-je une raison de désirer ce silence ? Pas plus qu'un autre. Mes doigts jouaient, roulaient, s'enroulaient, hésitant... Haut, bas... Les basses m'intriguaient elles-aussi. J'avais l'impression qu'avec elles, je ne parviendrai jamais à mon silence.

Combien de fois suis-je revenue à cette moquette, à ce Canon, à cette molette ? Je ne m'en souviens plus. Le temps passe et puis plouf, les détails se fondent dans les reflets de la mémoire. Je suis donc revenue, revenue tant de fois. Est-ce la puissante douceur de ce Canon en ré majeur que j'aimais tant qui m'empêcha d'exécuter ce rêve de coton ? Est-ce un doute plus profond ? Un intime questionnement ?
La petite molette noire est restée à sa place.

Des années plus tard, j'ai fait un voyage. Vous dire quand, je ne m'en souviens plus. Le temps passe et puis plouf, tout coule ; seuls remontent à la surface les plus précieux souvenirs. Au milieu du désert, au bout d'une oasis très différente de celles que j'avais pu rêver ou lire dans leurs contes, dans une petite pièce sombre d'une maison de pisé, bien loin du brouhaha de la ville et des paroles futiles, je me suis agenouillée. Je me suis agenouillée et il a pris ma main dans la sienne.
Silence.
Et puis quelques mots, dans une langue qui m'était inconnue... Prières.
Et je suis ressortie.

Tout est devenu clair. Tout ! Qu'est-ce que l'ouïe ? Je ne sais plus.
L'important, c'est le cœur.
L'important c'est le laver, le poncer, le lustrer jusqu'à ce qu'il ne fasse plus qu'un avec le ciel... Alors seulement, les petites manettes, les petites molettes, et puis la moquette... n'ont plus de secrets pour personne. Le cœur contrôle, telle la vanne d'un barrage, le débit des pensées et des mots, et clos les écoutilles aux paroles futiles.

Voilà ce qu'en quelques secondes, un homme m'a appris. Les couleurs ne seront pas plus vives sans bruit ; mais elles seront toujours ternes si le cœur est poisseux.
Apprendre que les mots retenus entre nos lèvres demeurent nos esclaves lorsque ceux que l'on prononce nous prennent en esclavage. Apprendre à peser les mots. Apprendre à entendre : n'entendre que les choses qui nous mènent au ciel.

Rajouter un lien

vers un autre texte texteBook
vers une page web
vers un mot du dico
Mini description : (explique la présence de ce lien sur ce texte)

Ce texte figure dans la sélection de nomade47 et On'X (Magnifique et bouleversant. (et une envie irrepressible de moquette))

Commentaires (10)

Posté par
le 23/10/2011
Je n'ai pas fermé les yeux...J'ai lu votre texte au son des violons...Le poil hérissé, valeureuse défense futile, vous en conviendrez devant tant de magnificence, j'ai baissé ma garde pour espérer recevoir, un jour, le même apprentissage que vous.
Posté par
le 23/10/2011
rendre hommage a celui qui apprend , donne son temps, et fait de vous ce bouillonement qui sera durant votre vie le fil conducteur
la musique est de qualité egalement

Amitiés
AYSLANE
Posté par
le 24/10/2011
Merci à vous d'avoir partagé ce moment avec moi !
Posté par
le 25/10/2011
Réveil en musique ce matin, et lecture... Texte très vif !...😉

J'ai noté en particulier ces 2 passages qui sont pour moi plein de force :

Le temps passe et puis plouf, tout coule ; seuls remontent à la surface les plus précieux souvenirs.

L'important, c'est le cœur.
L'important c'est le laver, le poncer, le lustrer jusqu'à ce qu'il ne fasse plus qu'un avec le ciel.

Bonne route à vous !

Roger
nomade47
Posté par
le 28/10/2011
Très beau texte, mélangé avec cette musique...
Je n'ai pas pu le lire d'un seul coup tellemnt j'ai les larmes aux yeux.
On'X
Posté par
le 28/10/2011
Utopie.
Ne lire que des mots qui mènent au ciel, comme les vôtres.
Un texte bouleversant et magnifique.
Merci à vous.
AYSLANE
Posté par
le 28/10/2011
Merci à vous trois !
Jean-Mi
Posté par
le 14/11/2011
" Ne plus écrire :
Le coeur est merveilleux"

Yves Martin
hélène
Posté par
le 14/11/2011
C'est un voyage d'une sensualité extrême et d'une beauté sans nom. Merci aux commentaires du jour, autrement je l'eusse loupé ; vraiment, vous m'émerveillez !
Loup gris
Posté par
le 01/03/2012
Je suis venu commenter un texte qui me laisse sans voix. J'aime!
Ajouter un
commentaire

Quoi de beau
sur texteBook ?

Des citations de La première gorgée de bière ont été rassemblées.03/07/2024
clemdhygie a publié le texte Dead man talking.30/01/2024
Jean-Marie E. a commenté le texte LES MOIS DE L'ANNÉE.13/01/2024
Alfrédine Chope a sélectionné le texte Le choix d'Eurydice .15/12/2023
Dohban a répondu au sujet Les types de strophes.30/09/2023
voir toute l'activité

Et sur le reste du site …

La définition du mot BOHÉMIEN a été remaniée.23/07/2024
Une flexion : MURS23/07/2024
Pépère a joué la partie Mercredi 15 mai 2024.21/07/2024
Un mot-dièse :
#Bretagne
(50 mots)14/07/2024
Le mot COUMAROU a été illustré par une image.13/07/2024
Le mot BOURGUIBISTE a été ajouté.07/07/2024
Bienvenue Le Roux !07/07/2024
?